French VIP : Sylvaine Boussatha, maîtresse à l’école Française de Munich

La French VIP à l’honneur en ce jour de rentrée scolaire est la fameuse Sylvaine, the célèbre maîtresse de maternelle du Lycée Jean Renoir de Munich. La première fois que je l’ai rencontrée, elle dansait un Mojito à la main. Vous comprendrez que j’ai voulu en savoir plus sur cette maîtresse cool qui allait supporter mon fils et une vingtaine d’autres canailles en cette année scolaire 2016-2017. Rencontre dans sa classe de maternelle, toutes deux assises sur les petites chaises de nos écoliers en herbe.

Sylvaine 2 - Kopie

Sylvaine Boussatha, Lycée Jean Renoir de Munich © kikerico.com

Ton resto : à l’heure où je te parle je ne l’ai pas encore testé mais j’en rêvais et j’y vais ce soir… le Tantris, restaurant gastronomique moderne dans Schwabing. Dans un style plus décontracté, j’aime aussi le Nefeli, un grec à Berg am Laim.

Tes boutiques : je shoppe en ligne des vêtements de style sympa et pas cher comme Dorothy Perkins, Asos… Sinon Zara, H&M.

Ton plat allemand préféré : les « jardins de la bière » sont ma deuxième maison ! Le trio gagnant étant le Radler/Bretzel/Poulet rôti. Sinon mon pêché mignon allemand est le Gebackener Camembert, j’en mangerais au petit déjeuner !

Kikerico ou papillon de nuit ? Avec mon métier je n’ai pas trop le choix. Debout entre 5h30 et 6h00 pour arriver tôt à l’école.

Tu es arrivée à Munich en 2008, quelle a été ta motivation ? Un poste au Lycée Français ?

Pas du tout ! Comme beaucoup d’autres, j’ai suivi suivi Farid* mon mari qui travaille chez Airbus. Nous voulions nous éloigner de la banlieue parisienne qui nous a quelques peu malmenée (cambriolage, agressions..). Nous avions le choix entre Munich et la Chine. Pour une première expatriation nous avons opté pour Munich qui n’était pas trop loin de nos familles. Je me voyais déjà en femme d’expat’ à m’occuper des enfants… et de moi. Le rêve ! Mais j’ai vite été rattrapée par mon destin puisque nous avons déménagé le 4 décembre 2007 et en janvier 2008 je commençais ma belle aventure au Lycée Jean Renoir.

Tu parles de destin, être maîtresse dans le primaire a toujours été ta vocation ?

Là encore, non, pas du tout, en tout cas pas tout de suite. J’ai eu mon diplôme de professeur des écoles en 2001 après avoir exercé la profession de gestionnaire de patrimoine immobilier. Je n’étais pas épanouie et j’ai réalisé que je ne ferai par carrière si je ne restais pas jusqu’à 22h. En parlant avec mes ami(e)s maîtres et maîtresses, j’ai vite compris qu’éduquer les enfants avait du sens pour moi et que c’était un métier bien plus valorisant que gérer de l’immobilier.

Quels bénéfices retires-tu de ton expérience dans un lycée Français à l’étranger ?

Beaucoup de choses positives ! Cela n’a presque rien à voir avec ma vie de maîtresse dans les banlieues sensibles en France. Tout d’abord, l’école Française de Munich nous donne plus de moyens pour les fournitures, le bricolage… Nous sommes très gâtés avec du vrai matériel pédagogique et cela facilite vraiment le travail. On se concentre sur l’éducation et on a moins de souci qu’en France à gérer les problèmes d’intendance ! Mais le vrai luxe, c’est le travail en binôme avec une éducatrice Allemande. Nous sommes deux pour une classe de 25, ce qui fait que l’on a vraiment le temps de nous occuper des enfants. C’est un vrai bonheur. Enfin, il faut dire que nous avons de la chance avec les familles. Les mamans sont très attentives et assurent un bon suivi scolaire des enfants. De ce fait les relations prof-élèves en sont facilitées.

Bricolage

Bricolage de moyenne section, Lycée Jean Renoir de Munich © Kikerico

Justement, comment jonglez-vous avec les langues alors que vous êtes dans la même classe ?

En tant qu’école rattachée à l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger) nous suivons le programme de l’Education Nationale. En revanche, en tant que classe bilingue nous avons notre propre organisation. Nous commençons par le « Stuhlkreis » (s’assoir en cercle) tous ensemble. Puis nous divisons la classe en deux groupes. Un allemand et un français. Au milieu de la matinée on inverse les groupes. Afin que les enfants progressent dans les deux langues il y a une vraie discipline du langage. Chacune de nous parle dans sa langue et uniquement dans sa langue. Même si l’enfant interroge l’Erzieherin (éducatrice) en Français, celle-ci lui répondra en allemand. Et vice et versa.

Ton autre vie à part Sylvaine la maîtresse et Sylvaine la danseuse du Luitpold ?  

Je suis un vrai papillon, touche à tout, je m’intéresse à beaucoup de choses comme ma maman qui a eu plusieurs vie. Elle a été professeur de Russe et de Français en Tunisie, puis visiteuse médicale et est devenue médecin à 38 ans ! Maintenant elle est artiste peintre. En plus de mes 3 enfants à qui je consacre du temps, j’aime l’écriture, le théâtre, la décoration et tout ce qui concerne la diététique et le Bio (j’ai d’ailleurs eu plusieurs blogs « Déco et Talons hauts », « Fit and Peach »…). En ce moment ma grande passion c’est le développement de l’enfant basé sur l’estime de soi et l’esprit absorbant. Apprendre par le sensoriel. Je veux être là pour tous les enfants et toutes les intelligences. C’est ce qu’on appelle l’éducation bienveillante basée sur l’autonomie de l’enfant et inspirée de la pédagogie Montessori.

Dernière question de mathématiques : Comment fais-tu pour supporter chaque jour 25 enfants, sachant que j’ai déjà du mal avec 2 ?

Ahahah ! Alors j’ai appris à souffler pendant les vacances. J’ai accepté de ne RIEN faire : « buller » sans scrupule. Au début quand mes enfants étaient petits, j’avais du mal à supporter le bruit en rentrant à la maison. Car même si c’est un sujet qui peut faire polémique, une maîtresse donne vraiment de sa personne au quotidien. Aujourd’hui mes enfants ont grandi et mon métier m’apporte de plus en plus de satisfaction.

C est nous

Plus d’informations sur l’Ecole Française de Munich : ici

* DJ Farid animera les prochaines soirées françaises au Café Luitpold les 11 novembre 2016 et 13 janvier 2017 à partir de 19h.

Publicités

2 réflexions sur “French VIP : Sylvaine Boussatha, maîtresse à l’école Française de Munich

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s